Musée de la Comtesse de Ségur

1858

Les petites filles modèles

 

« A mes Petites-Filles Modèles

Camille et Madeleine de Malaret

 

Mes Petites-Filles Modèles ne sont pas une création ; elles existent bien réellement : ce sont des portraits ; la  preuve  en  est  dans  leurs  imperfections  mêmes. Elles  ont  des défauts, des ombres  légères qui font ressortir le charme  du  portrait  et attestent  l’existence  du  modèle. Camille et Madeleine sont une réalité dont peut s’assurer toute personne qui connaît l’auteur.

 

          Comtesse de Ségur, née Rostopchine. »

 

 

Les « Petites Filles Modèles », Camille et Madeleine de Fleurville, accueillent avec générosité la jeune Sophie Fichini. Sophie, très malheureuse, est perpétuellement réprimandée et battue par sa belle-mère ; mais la gentillesse dont les autres petites filles font preuve à son égard est bien souvent déçue par le caractère coléreux et égoïste de Sophie qui a bien du mal à se corriger de ses défauts.

Beaucoup d’événements, les uns tragiques, les autres comiques, vont se succéder. Cheval emballé, fleurs poussées par miracle, morsure d’un chien enragé, baignades involontaires, vols de fruits et d’une poupée, égarement dans la forêt, maladie, noyade, fêtes au château.

Camille et Madeleine auront-elles la grande joie de voir Sophie peu à peu s’améliorer à leur exemple ?

 

Résumé extrait de : Bibliothèque Rose Illustrée - Hachette - Vers 1955