Musée de la Comtesse de Ségur

1860

Les mémoires d’un âne

 

« A mon petit maître Henri de Ségur

 

Mon petit Maître, vous avez été bon pour moi, mais vous avez parlé avec mépris des ânes en général. Pour mieux vous faire connaître ce que sont les ânes, j’écris et je vous offre ces Mémoires. Vous verrez, mon cher petit Maître, comment moi, pauvre âne, et mes amis ânes, ânons et ânesses, nous avons été et nous sommes injustement traités par les hommes. Vous verrez que nous avons beaucoup d’esprit et beaucoup d’excellentes qualités ; vous verrez aussi combien j’ai été méchant dans ma jeunesse, combien j’en ai été puni et malheureux, et comme le repentir m’a changé et m’a rendu l’amitié de mes camarades et de mes maîtres. Vous verrez enfin que lorsqu’on aura lu ce livre, au lieu de dire : Bête comme un âne,  ignorant comme un âne, têtu comme un âne, on dira : De l’esprit comme un âne, savant comme un âne, docile comme un âne, et que vous et vos parents vous serez fiers de ces éloges. Hi ! han ! mon bon Maître ; je vous souhaite de ne pas ressembler, dans la première moitié de sa vie, à votre fidèle serviteur.

          Cadichon, Âne Savant. »

 

… Je ne suis pas une mauvaise bête mais je n’aime pas être maltraité. C’est pourquoi je me suis enfui de chez la fermière qui me ruait de coups, et commençai à mener une vraie vie de bohème.

Vivant dans les bois, couchant à la belle étoile, j’ai eu cependant l’occasion de rendre quelques services. J’ai tiré une petite fille d’un incendie, secouru une vieille femme et un saltimbanque, fait à plusieurs reprises arrêter des voleurs et sauvé la vie à un méchant petit garçon qui avait pourtant tué mon meilleur ami Médor. Ma bonne volonté se heurte souvent à l’ingratitude des hommes, mais, bah ! après tout, il est vrai que je ne suis qu’un âne ! ...

 

Résumé extrait de :

Bibliothèque Rose Illustrée - Hachette - Vers 1955