Musée de la Comtesse de Ségur

1863

Les deux nigauds

 

« A mon petit-fils Armand Fresneau

 

Mon cher petit, c’est à toi, bon petit habitant de l’excellente Bretagne, que je dédie l’histoire de ces deux nigauds qui préfèrent  Paris à la campagne. Tu  ne  feras  pas  comme eux, car  déjà Paris t’ennuie et la Bretagne te plaît. Reste toujours brave et loyal Breton, et garde-toi de devenir un Parisien frivole, moqueur, vain et inconstant.

Ta grand-mère. »

 

 

Simplicie et son frère Innocent rêvaient de quitter leurs parents affectueux et leur Bretagne natale. Pour ces deux jeunes nigauds le bonheur c’était de vivre à Paris, et ils s’en étaient si bien convaincus qu’un jour leurs parents les autorisèrent à partir... Que de petites et grandes mésaventures leur aient été réservées au cours de cette nouvelle vie, personne ne pourrait s’en étonner, mais qui, mieux que la Comtesse de Ségur, aurait su nous conter ces épisodes avec tant de verve, de bonne humeur et de fantaisie ? Autour des nouveaux citadins, des personnages cocasses, exigeants ou attendrissants surgissent, les gaffes et les déboires s’accumulent, la situation se complique comme à plaisir.

 

Résumé extrait de : Bibliothèque Rose Illustrée - Hachette - Vers 1955