Musée de la Comtesse de Ségur

1863

L’auberge de l’Ange Gardien

 

« A mes petits-enfants Louis et Gaston de Malaret

 

Chers enfants, vous êtes de bons petits frères, et je suis bien sûre que, si vous vous trouviez dans la triste position de Jacques et de Paul, toi mon bon petit Louis, tu ferais comme l’excellent petit Jacques ; et toi, mon gentil petit Gaston, tu aimerais ton frère comme Paul aimait le sien.  Mais j’espère que le Bon Dieu vous fera grâce de ne jamais passer par de pareilles épreuves, et que la lecture de ce livre ne réveillera jamais en vous de pénibles souvenirs.

 

           Comtesse de Ségur, née Rostopchine. »

 

 

Deux enfants dorment au bord d’une grande route, sous un vieux chêne touffu ... Il fait froid. Ils n’ont rien à manger. Leur mère est morte, leur père a été emmené par les gendarmes...La suite de l’histoire est moins triste, car le hasard veut qu’un brave sergent démobilisé passe par là. Délaissant l’auberge Bournier, dirigée par un couple cupide, c’est vers l’auberge de l’Ange Gardien qu’il dirigera ses protégés. Ni eux ni les lecteurs n’auront à s’en plaindre. Mille péripéties les y attendent dont la fantaisie, la gaieté et le charme ont fait de ce roman de la Comtesse l’un des plus remarquables succès.

 

Résumé extrait de : Bibliothèque Rose Illustrée

Hachette - Vers 1955